Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeux Et Enjeux des Récréations du Monde

Jeux Et Enjeux des Récréations du Monde

Nos rencontres avec les élèves du monde entier


Huayna Potosi…ou 6000m d’enfer !!

Publié par Flo et Romain sur 3 Octobre 2015, 04:00am

Catégories : #Bolivie

Tout d’abord profitez-en car ce n’est pas tous les jours que je (Romain) me décide à écrire un article !! Ahah ;-)

Vous lirez dans beaucoup de guides de voyage que le Huyana Potosi est l’un des sommets de plus de 6000m les plus faciles à gravir dans le monde, corrigeons tout de suite ; avant même de tenter l’ascension, on nous avait prévenu, il s’agit de l’un les plus « ACCESSIBLES » aux personnes n’ayant aucune notion en alpinisme. Le sommet culmine en fait à 6088m et il est facilement accessible depuis La Paz.

Nous avions prévu de tenter un sommet entre 5000 et 6000 avant de se lancer dans cette aventure mais certaines choses ont fait que nous n’avons pas pu réaliser ce premier défi avant d’arriver à La Paz (coût des prestations, santé…etc). Finalement, on verra le jour J, ça passe ou ça casse !!

Ayant en tête d’atteindre le Machu Picchu 15 jours plus tard en réalisant un trek en autonomie de 4-5 jours, et connaissant la fragilité de ses chevilles, Flo décide de ne pas m’accompagner et de se préserver pour cette merveille du monde que l’on attend depuis bien longtemps. En effet, de nombreuses personnes ayant gravi le Huayna Potosi avant nous nous ont affirmé que la descente se faisait vite et qu’il valait mieux avoir des jambes solides !!

Une première question se pose alors : 2 jours ou 3 jours pour atteindre le sommet. Dans les deux cas, la vraie ascension se fera en 2 jours mais l’option 3 jours vous permet de vous acclimater une journée supplémentaire à l’altitude, et de pratiquer un peu d’escalade avec les crampons et piolet sur un glacier situé à proximité du camp de base. Après quelques recherches et surtout suite aux conseils de quelques amis rencontrés pendant le voyage, on me conseille de ne choisir que 2 jours pour plusieurs raisons. La première étant que si l’on reste plusieurs jours à La Paz (3500-4000m) avant de grimper à cette altitude, alors je serai assez acclimaté pour monter à cette altitude (à voir si le jour J toutes les conditions sont réunies pour ne pas avoir le mal des montagnes). Ensuite, on nous informe que l’ascension n’est pas très technique, que la plupart du temps les guides ne font pas franchir un certain mur de 15m mais nous font faire un détour, résultat l’entrainement de la veille avec le matériel ne serait pas nécessaire. Enfin, la première journée risquerait de me fatiguer inutilement, et il serait donc plus judicieux de garder cette énergie pour atteindre le but final !! Le seul intérêt de cette première journée serait donc vraiment de s’adonner un peu à l’alpinisme et de découvrir de nouvelles sensations avec le matériel que l’on vous prête.

La deuxième question sera : quelle agence choisir ? Toutes les personnes rencontrées nous ont prévenus, si l’on prend l’une des agences les moins chères, le risque est de se retrouver avec un guide fatigué de son travail quotidien, qui pourrait pendant toute l’ascension vous démotiver et vous dire que vous n’atteindrez pas le sommet. Pire encore, le rythme qu’il imposerait pourrait vous épuiser et vous obliger à abandonner. Quelques recherches sur internet vous amèneront à choisir entre trois agences (au moins, je n’ai pas épluché toute la toile non plus ;-)) : Climbing South America, Altitud6000 et High Camp Lodge. La première étant la plus onéreuse, si vous parlez Espagnol, et que vous êtes 2, ce sera 1500Bs pour l’option 3 jours ou 1150Bs pour l’option 2 jours (l’option avec guide anglais étant hors de prix). La 2ème agence étant un peu plus bon marché, 1100 si vous êtes 2 pour l’option 2 jours (1400Bs si vous êtes seul). Notre choix se portera pour la dernière agence. La chance a fait qu’en se rendant chez High Camp Lodge un allemand, Erik, qui est alors devenu mon compagnon pendant l’ascension cherchait lui aussi une personne seule pour cette aventure, nous avons donc eu l’option 2 jours pour 800Bs chacun (117USD). Ce prix est quasiment équivalent à celui que toutes les autres petites agences vous demanderont, sauf qu’avec High Camp Lodge, vous serez quasiment assuré d’avoir un guide de qualité qui ne vous démotivera probablement pas, et l’équipement fourni était vraiment complet et de bonne qualité.

A l’agence on vous fait donc tout essayer avant le grand jour, chaussures adaptées aux crampons, pantalon de ski, veste, polaire, sur-gants, guêtres, casque. Si vous n’avez pas de lampe frontale on pourra vous en prêter. Vous n’aurez qu’à ramener un legging ou caleçon pour ajouter une couche aux jambes, et une ou deux couches supplémentaires pour le haut, des gants en laines, un bonnet et de bonnes chaussettes. Un bon sac de couchage, quelques snacks pour la montée, de l’eau, des pilules contre le mal des montagnes, votre appareil photo et vous serez prêts pour le grand jour !!

Départ à 9h le 1er jour en minibus, déjà la boule au ventre…1 heure de route plus tard, nous avons un premier aperçu de notre défi, on ne nous a pas menti il y a bien de la neige sur une grande partie ;-)

Vue du Huayna Potosi depuis la route en minibus

Vue du Huayna Potosi depuis la route en minibus

Une heure de plus et nous arrivons au 1er refuge situé à 4700m. Nous sommes 2 sur 8 à avoir choisi l’option 2 jours. Il est temps pour moi et Erik, qui m’accompagnera sur l’ascension, de déjeuner car 2 heures de montée nous attendent pour atteindre le 2ème refuge. Avant tout il faut charger nos sacs avec le matériel qui nous est prêté. La température étant bonne, et les conditions du trek aussi, nous transporterons sur notre dos piolet, crampons, vêtements chauds, eau, sac de couchage, un petit sac à dos pour la 2ème journée…etc…pas de chiffre exact, mais au vu de notre sac de tous les jours, les 15kgs sont largement dépassés.

La montée vers ce 2ème refuge se fait relativement bien, une partie du chemin est cependant assez pentue et formée de marches naturelles à l’aide des rochers. Vous aurez le droit à votre pose à mi-chemin. La plus grosse difficulté de cette montée est de transporter cet énorme sac à dos !! Nous serons donc tous les deux très content d’atteindre vite ce refuge pour y laisser notre sac, impensable pour nous de monter plus haut avec 15 à 20kgs sur le dos.

Montée vers le 2ème refuge / Objectif Huayna Potosi droit devantMontée vers le 2ème refuge / Objectif Huayna Potosi droit devant

Montée vers le 2ème refuge / Objectif Huayna Potosi droit devant

Petite pause bien meritée

Petite pause bien meritée

5130m, c’est l’altitude de ce 2ème refuge. Nous pouvons depuis cet endroit observer le sommet du Huayna Potosi et deviner dans la neige les traces des précédents.

2ème Refuge à 5130m2ème Refuge à 5130m

2ème Refuge à 5130m

Vue sur le Huayna Potosi depuis le refuge

Vue sur le Huayna Potosi depuis le refuge

Traces des grimpeurs précédents

Traces des grimpeurs précédents

Vue de la vallée dans notre dos

Vue de la vallée dans notre dos

Le refuge comprend une quinzaine de lits et nous serons ce jour-là 13 dont 6 français ;-) Parfait pour entamer quelques parties de belote avec les compatriotes en attendant le diner qui est servi à 17h. L’appétit n’est pas vraiment là mais il vaut mieux se caler l’estomac avant de dormir que de manger trop au réveil avant l’ascension.

Bien content d’avoir amené nos deux bouillotes dans le sac, je fais le malin auprès des autres car je sais que je ne devrais pas avoir froid pour bien dormir (on nous avait dit que les températures pouvaient descendre dans les négatifs à l’intérieur du refuge). A 18h, tout le monde se couche !! La nuit n’aura pas été très bonne pour moi, d’abord il faisait vraiment chaud, au point de dormir torse-nu ;-) et un mal de tête s’est installé après une paire d’heures qui m’a empêché de fermer l’œil jusqu’au réveil prévu à minuit. Jour 2, minuit, il est l’heure de se préparer, de prendre une petite collation et c’est parti.

Départ 1h10 du matin, nous sommes à 5130m, objectif 6088m pour le lever du soleil entre 6h et 6h30. Nous devons chausser les crampons dès le départ, chose rare à cette saison, car il n’est pas censé y avoir de la neige jusqu’au refuge !! Nous sommes les premiers à partir et sur la première ligne droite, mon crampon droit se sera décroché 2 fois, il semble avoir bien vieilli et il faudra que le guide sorte quelques fils de métal de sa poche pour le consolider…heureusement je n’aurai pas plus de soucis plus tard avec les crampons. 45minutes à 1h plus tard nous faisons notre première pause. La montée est relativement facile pour le moment, les sensations sont bonnes et la fatigue ne se fait pas trop ressentir ; rassurant pour la suite, je commence à y croire. La 2ème phase est assez similaire, la pente n’est pas trop forte mais une pause est encore la bienvenue surtout au vu de ce qui nous attend dans les prochaines minutes. On en profite pour la pause pipi, bien se renseigner auprès du guide pour savoir où aller car on ne sait pas ce qu’il y a en dessous de nos pieds. La prochaine étape va nous mettre un gros coup au moral et au physique. Une ascension de 100m à plus de 45degrés, le rythme est très lent mais chaque pas nous fait consommer beaucoup d’énergie. Le souffle ne pose toujours pas de problème et aucun de nous deux n’éprouve de mal des montagnes. Visiblement ce seront les jambes qui devront être fortes pour arriver au sommet. Pendant l’ascension nous pouvons voir les lumières de la ville de La Paz au loin, mais surtout un vide de plusieurs centaines de mètres se dessine sur notre gauche à quelques 50cms de nos pieds…Ce n’est pas à ce moment qu’il faut trébucher. Heureusement comme vous vous en doutez, nous sommes encordés à deux avec notre guide en cas de problème ;-)

Une fois cette dure épreuve passée, petit coup d’œil à l’altimètre, nous avons fait quasiment la moitié du chemin, mais la suite sera d’autant plus épuisante à cause de la fatigue accumulée. Nous apprenons que le mur final sera aussi pentu mais 2 fois plus long. La pause est encore une fois bienvenue, mais le froid s’installe si l’on reste trop longtemps inactif, encore pire, l’eau que nous transportons est vraiment très froide…ça ne donne pas très envie de s’hydrater….

Jusqu’au pied du dernier mur, la marche sera très longue mais techniquement pas très difficile. Le guide n’impose pas un rythme très élevé car plusieurs groupes nous dépassent mais nous savons que nous sommes dans les temps et que ça nous permet de garder un peu d’énergie pour la fin. Plusieurs fois les yeux se ferment, la fatigue se fait vraiment ressentir. Nous n’avons ni mal à la tête, ni aux jambes, le souffle est toujours bon, mais le corps semble complétement épuisé…Sur cette avant dernière phase, nous sauterons une crevasse de quelques centaines de mètres de profond mais seulement 50à 80cm de large environ, pas de quoi se faire vraiment peur.

Nous voyons maintenant le dernier mur, ah oui 200m c’est bien ça…toute la chaîne de montagne autour de nous commence à se dessiner, le spectacle s’annonce grandiose !! J’essaye de connaître le ressenti de mon compagnon Erik et tente de le rassurer à l’idée que nous pouvons le faire. Les premiers 50m seront vraiment horribles, passages de parties rocheuses, glacées, où je manque de perdre appui plusieurs fois. Erik lui glissera vraiment une fois d’un ou deux mètres, assez surprenant pour moi car je suis au milieu de la cordée et suis le premier à ressentir son poids qui tente de m’emporter. Après cette première frayeur, le guide décide de changer un peu la configuration et nous serons reliés tous les deux à lui directement. 150mètres de plus et nous sommes au sommet on peut déjà entendre les cris de joie de plusieurs groupes qui l’ont atteint. Pour nous le calvaire n’est pas fini, il faut puiser dans ses dernières ressources, on ne peut pas abandonner si près du but. Plusieurs fois, nous ferons des micros pauses, mais l’important c’est de progresser très lentement, pas après pas, dans cette pente à 45degrés, glacée !! Le soleil commence à pointer le bout de son nez, le paysage dans notre dos est magnifique, il faut absolument voir ce que ça donne de plus haut !!

Lever de soleil

Lever de soleil

Comme pour les routes de montagnes, nous avons plusieurs épingles, et quand la dernière ligne droite se présente à nous, les frissons commencent à me traverser le corps, l’émotion est vraiment forte. La ligne droite est interminable même si le sommet paraît très proche, quelques dizaines de mètres avant la fin, un grand vide s’offre à nous sur notre gauche, il vaut mieux continuer à viser le sommet ;-)

Dernière ligne droite

Dernière ligne droite

Ca y est, 6h30, nous y sommes !!! Les groupes précédents sont partis car il n’y a pas beaucoup de place. Nous sommes 3 avec le guide sur l’un des toits du monde !! Bien sécurisés à un piquet, nous pouvons enfin admirer ce spectacle époustouflant : la cordillère Royale, l’Altiplano, la ville de la Paz, et le lac Titicaca sont tous réunis. L’émotion est vraiment forte, la fatigue est au plus haut mais quelle récompense !!

Objectif atteintObjectif atteint

Objectif atteint

Vue sur le lac Titicaca, avec une belle ombre du Huyana Potosi créée par le soleil

Vue sur le lac Titicaca, avec une belle ombre du Huyana Potosi créée par le soleil

Vue sur le mur final

Vue sur le mur final

Redescente le long de l'arrête

Redescente le long de l'arrête

Par contre il ne faut pas tarder, après quelques minutes et des photos, nous devons redescendre car une fois le soleil levé, le risque d’avalanche est augmenté à cause de la fonte. Une descente interminable nous attend, surtout que nous n’avons plus aucun but après ce que nous venons de voir mais il faut y aller. Les pentes à plus de 45° sont relativement compliquées à descendre, la fatigue nous fait déséquilibrer à multiples reprises. La dernière ligne droite vers le refuge est elle aussi interminable. 2h30 de descente plus tard nous sommes au refuge où nous avons dormi, le temps d’avaler une soupe et de récupérer les affaires laissées pour l’ascension et nous entamons à nouveau la descente vers le 1er refuge, mais cette fois-ci avec les gros sacs….1h30 de souffrance, encore plus sans bâtons de marche…4700m…ouf…pas besoin d’aller plus loin. Sur les 13 ayant tenté l’ascension ce jour-là seuls trois ne seront pas allé au bout, ce qui correspond bien aux 80% de réussite annoncés par les agences. Enfin, nous rejoignons La Paz où je revois Flo…une paire d’heure de sommeil et j’aurai bien mérité la fondue au chocolat et la fondue savoyarde que nous nous offrons ce jour-là !! ;-)

Récompenses à La PazRécompenses à La Paz

Récompenses à La Paz

Commenter cet article

Jérôme 03/10/2015 10:19

Et plein de bonheur pour votre trek vers la merveille du monde inca, c'est vraiment magnifique. J'ai encore pleins d'images en tête , 5 mois après

Jérôme 03/10/2015 10:18

Respect et bonnet bas. Superbe aventure que, perso, je suis incapable de réaliser. Je me suis contenter de l'admirer d'en bas.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents