Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeux Et Enjeux des Récréations du Monde

Jeux Et Enjeux des Récréations du Monde

Nos rencontres avec les élèves du monde entier


La Louisiane : du jazz et un air de liberté

Publié par Flo et Romain sur 6 Février 2016, 05:27am

Catégories : #Etats-Unis

Après nos folies dans les parcs d’attractions, nous sommes arrivés en Louisiane. Et savez-vous d’où vient le nom « Louisiane » ? Il a été donné en 1682 par un explorateur français qui a pris possession de la région au nom du roi LOUIS XIV ! (et pour la suite de l’Histoire, la Louisiane a été vendue à l’Espagne, rendue à la France puis vendue aux Etats-Unis par Napoléon en 1803).

La ville la plus connue de Louisiane est sans doute la Nouvelle-Orléans. C’est donc là que nous sommes restés quelques jours pour découvrir ce reste de culture française. On ne peut pas se tromper, les rues ont des noms français. (On a même retrouvé la rue Saint Louis (ndlr : avant notre départ nous habitions en Suisse à la frontière française, juste à côté du village de Saint-Louis), l’architecture est également assez traditionnelle (la vieille ville s’appelle « quartier français ») et surtout, il y a un café (le café du Monde) qui fait des beignets de carnaval délicieux (Ils fêtent d’ailleurs le Mardi Gras (en français)!!!

Mais la Nouvelle-Orléans est également connue pour sa musique jazz. Cette tradition musicale est née au début des années 1900 grâce aux Afro-Américains. Aujourd’hui encore la ville grouille d’artistes. Une balade dans les rues et votre oreille est portée par un joueur de saxo ou un groupe de cuivres et percussions. Mais vous pourrez également découvrir votre avenir grâce à l’un des diseurs de bonne aventure installés à Jackson Square, ou acheter un tableau dans l’une des nombreuses galeries ou encore éclater de rire en assistant à la performance d’un magicien clown !!! Enfin, vous pourrez vous évader en longeant le Mississipi et en regardant les bateaux à roue avancer sur l’eau marron.

La Louisiane : du jazz et un air de liberté
La Louisiane : du jazz et un air de libertéLa Louisiane : du jazz et un air de liberté
La Louisiane : du jazz et un air de liberté

Et qui dit Mississipi dit « Tom Sawyer, c’est l’Amérique, le Symbole de la Liberté »… On a donc voulu découvrir pourquoi on parlait de liberté…mais on y a découvert le contraire !!!

Nous sommes allés en dehors de la Nouvelle-Orléans, dans la région des plantations de canne à sucre et avons visité une de ces plantations : La Plantation Laura. En arrivant, on découvre une jolie bâtisse, très colorée. Mais cette apparence cache une histoire beaucoup plus sombre. Pour comprendre, il faut remonter un peu dans le temps : Entre 1775 et 1783 les Américains sont en guerre contre les Britanniques pour obtenir leur indépendance. La France (pour se venger de la défaite lors de la guerre de 7 ans contre la Grande Bretagne) s’allie aux Américains en 1778. Et à ce moment-là, quelque part en France la famille Duparc est au plus mal. Leur fils Guillaume vient de tuer quelqu’un et son père est furieux. Pour le punir il l’envoie dans la marine Américaine (en pensant qu’il y trouverait la mort) mais celui-ci fait ses preuves et devient un militaire remarquable. Il est tellement doué qu’il grimpe en grade et après une longue carrière il demande une terre au Président des Etats-Unis. Celui-ci vient de récupérer la Nouvelle-Orléans des mains de Napoléon et lui accorde donc un territoire en Louisiane. Cet endroit étant propice à la production de canne à sucre, Guillaume construit une maison et une plantation en 1805. Il épousa une riche Américaine et ils commencèrent leur production de canne à sucre… Mais « bien sûr », ce n’est pas eux qui travaillaient dans les champs ; pour faire le dur travail, ils achetaient des esclaves (pour la plupart venus d’Afrique). Ces esclaves avaient différents prix en fonction de leur forme physique, de la langue qu’ils parlaient et de leurs compétences. Les esclaves logeaient dans des cases derrière la maison, 2 familles par cases, 2 repas par jour seulement, 6 jours de travail par semaine, 1 douche tous les 7 jours (dans la rivière avec beaucoup de courant… il y avait souvent des noyades). Certains esclaves étaient « plus chanceux » et s’occupaient de la famille (préparer les repas, s’occuper des enfants, faire le linge…) ; ils dormaient donc dans la maison principale. Au moment le plus « plein », la maison contenait 22 membres de la famille des Duparcs et plus de 40 « employés de maison ».

En marchant entre ces murs, on a donc eu des frissons… L’esclavage, et donc le non-respect d’égalité entre les Hommes, est vraiment quelque chose de choquant (...d'horrible, d'injuste, d'incompréhensible...et j'en passe). En 1861 la guerre de Sécession éclate. Elle oppose les Etats du Nord contre la « confédération » du Sud qui comprend les Etats esclavagistes qui se sont détachés des Etats-Unis. La guerre est remportée en 1865 par les Etats du Nord. Ceci annonce officiellement la fin de l’esclavagisme… mais qu’en est-il réellement ? Notre guide nous a expliqué que les hommes et femmes qui travaillaient en tant qu’esclaves ne parlaient souvent ni anglais ni français, certains n’ont pas été mis au courant de leur nouvelle liberté, et puis, même ceux qui savaient, que pouvaient-ils faire ? Ils ne possédaient rien, ne connaissaient que la plantation… Ils sont restés (pas de plein gré), et ont obtenus des « contrats » mais ils n’étaient « payés » qu’une fois par an. En réalité, le 31 décembre de chaque année ils recevaient un papier recouvert de texte et terminant par un chiffre. Ne sachant pas lire, ils pensaient que le chiffre correspondait à leur salaire, en fait, il s’agissait d’une dette : les Duparcs déduisaient de leur payes des frais de nourriture, de vêtements, et d’outillage (qu’un esclave reçoit gratuitement mais qu’un ouvrier doit fournir…) et le compte était négatif !!! Quelle horreur ! Le dernier « esclave » (même s’il ne s’appelait pas comme ça) a quitté la propriété en 1970 !!! On a eu du mal à imaginer la situation, à nous dire que cela s’est réellement passé, hier. L’Homme est un loup pour l’Homme…

La Louisiane : du jazz et un air de liberté
La Louisiane : du jazz et un air de liberté
La Louisiane : du jazz et un air de liberté
La Louisiane : du jazz et un air de liberté

En tout cas cette visite nous a fait réfléchir, sur les progrès qu’on a faits depuis et sur le chemin qu’il reste à parcourir pour que le terme « Egalité entre tous » ne soit plus une utopie mais une réalité !!!

(En tout cas, la visite fut très enrichissante car la famille Duparc a eu plusieurs « histoires de famille », mais tout cela serait trop long à expliquer ici, alors si vous passez en Louisiane, arrêtez-vous)

Après ce passage en (ancienne) terre française (le français a été interdit dans les écoles en 1916 donc la langue se perd) nous sommes partis pour le Texas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents